Introduction à la pédagogie de la musique

Publié le par stephen0711

Introduction à la Pédagogie de la Musique

 


On n’apprend pas de la même manière dont on nous a enseigné.

Enseigner : organiser des conditions, des situations pour que les élèves apprennent.

Textes sur le concept d’éducation (définitions)

Observations générales

  • Au départ : dictionnaire, vocabulaire : tentative de définition exhaustive. Après articles, livres de réflexion, universalité du problème, prise de conscience du problème.

  • 1 7, 9, 10 action exercée adulte  enfant; 8, 11, 12 action exercée homme homme

  • années 1970 : ce n’est plus à l’homme de s’adapter à la société  L’homme s’approprie le milieu humain dans lequel il vit  personnalité, avenir, communication, “valeurs culturelles”.

Texte

Qui éduque ?

Qui est

éduqué ?

Milieu

Pourquoi, dans

quel but ?

Remarques

1

Génération adulte

Enfant

Société, politique (niveau social)

Etats physiques,

Intellectuels et

mentaux


2

Génération adulte

Enfant

Société, politique (niveau social)

Etats physiques,

Intellectuels et

mentaux


3

Génération adulte

Enfant

Société, politique (niveau social)

Etats physiques,

Intellectuels et

mentaux


4

Génération adulte

Enfant

Société, politique (niveau social)

Etats physiques,

Intellectuels et

mentaux

Singularité, potentiel

individuel, art

science exacte.

Changement de

focalisation

5

Tout le monde

confondu




6

Educateur naturel, éducateur professionnel



Facultés humaines, d’ordre émotif


7

Emetteur

Récepteur



Plaque tournante : informatisation, réification : « système, répétition, routine,

technique. »

8

Notion universelle

Enfant, adolescent,

homme


Son avenir,

avenir de

l’homme

Responsabilisation dimension humaine et

universelle

9





Plus de réflexion, deux sens, entourage

humain

10

La société à travers un spécialiste cf. 6

jeunes


Activité de

groupe, intégration

au milieu de la vie, culture, éthique,

héritage commun


11


Individu, personne, membre


« On va faire notre possible », solidarité, force

Projets humbles,

meilleure définition

12

Action exercée par un sujet

Sur un

sujet, un

groupe


Recherche active

perpétuelle, et

individuelle

Aspect moins

conceptuel, plus

concret, l’éducation

plus palpable



  • dimension adaptative de l’éducation, intégration restriction

  • dimension de l’éveil des potentialités, des capacités en potentialités épanouissement personnel

  • nécessaire articulation de deux exigences qui apparaissent contradictoires : s’adapter et reconnaître la dimension personnelle.

L’éducation pour changer la société … changer la société pour changer l’éducation. mouvement dialectique présent dans les dernières définitions.


Plusieurs signification à la notion d’éducation musicale

  • éducation musicale : institutions sociales, système éducatif ( allemand, français, africain)

  • ça peut être le produit d’une action : agrégés, capésiens, CFMI

  • c’est un processus, une relation de façon prévue/imprévue de deux ou plusieurs êtres. C’est une relation qui met en communication en situation d’échange (même si asymétrique), en situation de modification réciproque.

Distinguer ce qui est de l’ordre de l’apprentissage et de l’enseignement.

  • éducation tampon dans son contenu, dans son type de savoir : harpe, solfège, tuba, harmonie. Le contenu détermine les processus et les résultats d’action.


La notion d’éducation musicale a enregistré une formidable extension depuis les cinquante dernières années, des faits musicaux :

  • l’âge : les très jeunes : crèche, prénatalité, une éducation musicale en amont

  • en aval : la fin de la scolarité a reculé : formidable développement de l’éducation permanente… les adultes sont réintégrés de nouveau

  • l’éducation musicale n’est plus le seul résultat de l’institution scolaire : collège, école, école parallèle (presse, médias, expériences quotidiennes) processus d’influence à plusieurs titres : acculturation, …

  • influences du milieu

  • il n’y a pas si longtemps faire de la musique = jouer un morceau. Aujourd’hui développer la créativité, l’expressivité musicale, se sentir exister en train de faire de la musique.

  • Extension au niveau des situations d’éducation, moyens audiovisuels, avènement des techniques de groupe, diversité des lieux d’éducation.


La complexité des faits et des situations d’éducation musicale, le TRIANGLE DIDACTIQUE

Mise en présence de trois paramètres : Savoirs, Apprenants, Enseignants


Repérer les contextes : il y a des séries de contextes

Conditions générales

  • la place du musical dans la société détermine sa place dans le scolaire. A quoi sert la musique dans nos sociétés : évolution de la place <-> évolution des finalités (ex : évolution de la créativité).

  • Les systèmes d’éducation (français, allemand …), sont différents

  • Penser une situation, c’est d’abord la réinsérer dans un système éducatif global

  • Mise en place de programmes scolaires : la formulation des programmes laisse une liberté plus ou moins grande à l’évolution personnelle.

  • Programme, méthode. A l’université, méthode = cours magistral. Les méthodes sont déterminantes pour le fonctionnement du triangle.

  • Architecte scolaire : la situation d’éducation se place dans un contenant

  • Formation et recrutement des éducateurs : leur formation pédagogique est presque inexistante. Ce qui est proposé : la formation théorique, pruis pratique: rélexion pédagogique.

  • Formation personnelle des enseignants. Il faut évoluer et penser ses relations de sympathie, d’antipathie. Développer une réflexion sur ses propres attitudes.

Conditions locales

  • conditions du micromilieu (bourg 16ème arrdt)

  • existence d’une équipe enseignante (un prof 4 profs)

  • dynamique de groupes (10 personnes 50 personnes)

  • être attentif aux données du contexte

Qu’est-ce qui m’intéresse  … dans ce que j’observe.

1. L’enseignant

  1. Discours : il parle, ses termes, les formes de discours (reprise, questions)

  2. Attitudes corporelles : mouvements, gestes, regards, intonations

  3. Communication qu’il instaure : communication à l’ensemble du groupe, multiplication des échanges avec les individus

  4. Les formes de la communication : il propose, il a les initiatives, il rend compte des réactions, il provoque : capacité à s’ajuster, à se décaler.

  5. Les fonctions enseignantes, ses buts :

  • transmission de l’information

  • organisation et cadrage de la situation

  • la fonction d’éveil, d’étayage, soutien, aide à l’apprentissage

  • quel but poursuit-il … à déduire de l’interprétation des actes

2. Les élèves

  1. En groupe, seul, composition (nombre, mixité, âge), configuration (spatiale)

  2. Communication entre élèves, modes de communication (intonations), modes de participations (parler, jouer, chanter)

  3. Attitudes des élèves : gestes, mobilité, regards, implication dans les tâches (réduction)

  4. Repérer le moment pédagogique (cf. Meirieu). L’enseignant est confronté à la résistance de l’élève. Force, confrontation. Compréhension, dialogue, alliance, contrat.

3. Implication dans les tâches. La tâche. Distinguer tâche et activité.

  1. Quel type de travail propose l’enseignant ? Quel type de problème renvoie à quel type de savoir ?

  2. L’activité de l’enseignant : modèles, topos, faire agir l’élève

  3. L’activité des élèves : écriture, notes

4. Le contexte : matériel, salle, conditions de travail


I La pédagogie centrée sur le maître, la pédagogie traditionnelle


L’enseignant transmet à l’élève. rapport pédagogique à sens unique. L’élève reçoit le savoir, il est actif quant il fera l’exercice. Le travail est basé sur l’objet. Le prof est le seul détenteur des initiatives. D’un bon côté, il n’y a pas de tâtonnements. On ne perd pas de temps. Mais d’un autre côté, le savoir est issu de la logique du prof. L’élève ne peut s’adapter si vite à cette logique. Il doit enregistrer. Le rapport pédagogique est un rapport d’autorité. L’élève est un objet à modeler de l’extérieur.


Suivent les travaux sur la psychologie du développement, les travaux de Piaget. Tous les sujets se construisent dans l’interaction. il faut adapter la progression des savoirs au développement psychologique.


II La pédagogie centrée sur l’enfant, l’éducation nouvelle


Nécessité de développement de l’observation : modèles pédagogiques de Maria Montessori (développement de la sensorialité 1870 – 1952, des sensations aux idées, des éléments au complexe), modèles d’Ovide Decroly (1871 – 1932, développement des méthodes de lecture, la méthode globale, nécessité dans chaque classe de développer des centres d’intérêt).

Pédagogie faisant appel à l’expérience : John Dewey (1859 – 1952). La classe est une petite société. Les activités doivent être centrés sur l’expérience des élèves. Aussi Edouard Claparède (psychologue) : il faut s’appuyer sur les besoins de l’enfant : jouer, … reconnaître l’activité ludique.


III La classe, un groupe de personnes


(cf. Decroly, Claparède, création de coopératives scolaires dans les années 20, 30)

1 – Enseignement cogéré : Célestin Freinet (1896 – 1966)

Développement de la notion de tatônnement expérimental : en tâtonnant, on expérimente, donc on apprend. Le groupe classe est cogéré avec l’enseignant tel une structure sociale. Il y a des conseils de coopératives : on décide de l’activité, de la sanction. Pour apprendre, il faut pouvoir s’exprimer (écriture d’un texte libre). Les textes étant réunis dans un journal création du mouvement d’imprimerie à l’école. la voix du prof est une voix un peu à part.

2 – Dimension autogérée = pédagogie institutionnelle

Voix du prof = voix de l’élève. Mais attention, il ne perd pas son identité.


IV Pédagogie centrée sur les médias


Début du siècle, avènement des machines à enseigner. Années 70, enseignement programmé : les progressions sont préparées à l’avance, mais chacun va à son rythme.





Publié dans PEDAGOGIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article