György Ligeti

Publié le par stephen0711

György Ligeti (1923)

 Ligeti nous a quitté ce lundi 12 juin 2006.

Pas de mathématisation, mais un travail plus intuitif dans un premier temps. Mais toujours une recherche nouvelle du son.

Plusieurs périodes, plusieurs crises. Des articles :

-         1958, décision et automatisme dans la structure 1A de Pierre Boulez.

-         1960, la dimension harmonique dans la première cantate de Webern

-         1961, la composition sérielle et ses conséquences chez Webern

-         1970, effets de la musique électronique sur mon travail musical

C’est un transfuge de l’est. Il écrit de la musique d’abord post-Bartok, puis découvre la musique contemporaine. Sans vouloir concurrencer cette dernière, il analyse des œuvres modèles pour quitter cette technique. Dans cette première période, c’est un homme d’expérimentation et de studio, un chercheur de sonorités nouvelles.

Articulation (1958)

Pour l’exposition universelle de Bruxelles. Réflexion sur la notion de masse orchestrale. S’adresse au grand orchestre : réflexion sur la notion de surface de timbres, la notion d’approche du statisme et ses vibrations intérieures (statisme apparent). Il approche une nouvelle technique d’écriture : la micropolyphonie. Pas d’organisation mathématique, mais elle engendrera un nombre croissant de superposition de hauteurs qui peuvent même intégrer des notions amorphes comme le cluster. Il n’y a rien de plus anti-sériel que la notion d’agrégat ou de cluster. L’extrême mobilité du sérialisme, son excès de note sont contestés. Comment rester apparemment immobile ?

1961 : Atmosphère

1968 : Continuum (pour clavecin). Directement inspiré par un son électronique. Technique de décalage rythmique qui donne l’illusion d’une complexité rythmique. Mouvement sans interruption

1968 : dix pièces pour quintette à vent

Mais aussi, Ramification (un état de la micropolyphonie, 12 solistes), Kammerconsert (13 instruments).

Ligeti présente une texture musicale immédiatement reconnaissable. Chaque œuvre présente un grand raffinement dans le traitement de la matière sonore.

Commenter cet article