Igor Stravinsky, Symphonie de Psaumes

Publié le par stephen0711

IGOR STRAVINSKY (1882 – 1971)

Symphonie de psaumes

 

20ème siècle : deux fossés tuant les hommes et la musique : les deux guerres

Bibliographie

Stravinsky :

-          les chroniques de ma vie

-          poétique musicale

-          souvenirs et commentaires

André Chefner, Stravinsky

Boris Schloezer, Stravinsky

Biographie 

1882 : naissance en Russie, famille assez aisée

Son mentor, Rimski-Korsakov (cf. l’oiseau de feu)

1908 : intérêt pour le ballet à travers Serge Diaghilev. L’oiseau de feu.

1911 : scandale du « Sacre du printemps »

Selon Debussy : « il adore la musique. Il pourrait lui faire un enfant, mais quand il danse avec elle, il lui écrase les pieds ».

Encouragé par les recherches de Schoenberg

L’histoire du soldat (cf. le roi David d’Honegger)

1929 : mort de Diaghilev, fin d’un mécénat éclairé et d’une amitié

1939 : quitte la France dont il avait la nationalité, pour les USA

1971 : meurt aux USA

Œuvre

1908 : Feu d’artifices

1910 : L’oiseau de feu

1911 : Petrouchka

1913 : le Sacre du printemps

1914 : le Rossignol

1917 : Renard

1918 : l’Histoire du soldat

1919 : Puccinella  (« des moustaches à la Joconde »), mais aussi un concerto pour deux pianos

1930 : Symphonie de psaumes

1952 : Canticum Sacrum pour St Marc de Venise

1958 : Threni

1966 : Requiem

 

Des 5 symphonies, il s’agit de la troisième. La première date de 1905 en mib, en 1920, symphonie pour instruments à vents (dédiée à Debussy). En  1930, l’orchestre symphonique de Boston comme l’œuvre pour le 50ème anniversaire, 1940, symphonie en ut, 1945, symphonie en trois mouvements.

La symphonie de psaumes

§         Le texte : des psaumes, un par mouvement

Psaume 39 pour le premier mouvement, versets 13 et 14 : la supplication

Psaume 40, versets 2, 3, 4 : l’espérance

Psaume 150 en entier : louage, action de grâce

è texte de la vulgate, version latin de la Bible, que les réformateurs du Concile de 30 ont rejeté en raison des fautes de traduction.

§         « Composé à la gloire de Dieu » (Soli Deo Gloria à cf. Bach)

Premier mouvement : une sorte de choral

Deuxième mouvement : double fugue

Troisième mouvement : final de symphonie mélangeant ambiances rythmiques et planantes

è double influence catholique et orthodoxe

§         Premier mouvement : présence de deux pianos. Premier accord percussif à disposition originale. Il n’y a pas de premiers ni de seconds violons. Il ne reste plus qu’un squelette d’orchestre. la cellule musicale essentielle, c’est la tierce mineure. Présence de voix d’enfants.

§         Deuxième mouvement : double fugue. Tierce mineure omniprésente. Qualité du sujet. Disposition des entrées : hautbois, flûte, flûte (dans le grave) le chœur entre … la musique prend de la gravité (après avoir commencé dans l’aiguë). Il y a  une deuxième fugue, qui se combine après avec la première.

§         Troisième mouvement : le plus représentatif. 1-2 : introduction lente. 3-20 : grand développement de quatre sections dont la troisième est le rappel de l’introduction. 20-22 : troisième partie. 22-29 : sorte de final.

A : alleluiah triste. Utm modal sans sensible, bitonalité. Ambiguïté rythmique : cellule de trois sons inscrite dans une mesure à 4 temps. Sonorité d’orgue (qui n’existe pas dans la religion orthodoxe). La prosodie est extrêmement respectée.

B : ostinato rythmique

C : épisode lumineux en réM qui amènera mibM

D : en doM sans quinte

 

--> une œuvre pleine de nouveauté et de richesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sophia 21/02/2006 16:56

Et MOZART ? Bon c'est pas trop la même époque mais bon... un peu de classicisme surtout en cette année du 250ème anniversaire de sa naissance, ce serait pas mal non?Enfin, je crois q tu ne partages pas cette passion pour ce génie, me trompe-je ;-) ??