Leos Janacek, Sinfonieta

Publié le par stephen0711

LEOS JANACEK (1854 - 1928)

Sinfonieta

janacek1.jpg
L’effectif

4 flûtes

2 hautbois

4 clarinettes dont une basse

2 bassons

4 cors en Fa

  • 9 trompettes

  • 3 trompettes en Fa

  • 2 trompette en sib

  • 6 trombones

  • 1 tuba

 une trompetteria

timbales

harpe

corde

C’est un hommage à une association de jeunesse. Caractère patriotique voire un peu militaire. Il veut célébrer l’homme libre dans sa joie et sa force.

Il y a cinq mouvements :

  • fanfares

  • cité de Brno : le château

  • le cloître de l’impératrice à Brno

  • la rue

  • fastes d’une cérémonie à l’hôtel de ville

Fanfares

Uniquement la trompetteria avec les timbales. Petites cellules en ostinato = moteur de la musique de Janacek. Chaque mouvement à sa couleur orchestrale spécifique. Trois parties qui se distinguent par le rythme et le tempo. Une tonalité évolutive mibm solbM mibM labM miM . Ostinato rythmique à la basse (timbales). Pédale mobile de quintes à vide.

C’est une musique scolaire et rayonnante à l’image de la jeunesse.

Cité de Brno : le château

Phrases courtes, presque toujours dupliquées (tic compositionnel ?), peut-être la volonté de mettre en valeur le primitivisme et le naturel de la répétition des chants populaires. Un tournoiement s’installe sur deux figures de la gamme par tons. Un seul thème (p.11) avec des dérivés : trois visages différents d’un seul thème. Plusieurs transformation du premier thème : tête inversée. Pizzicati de trombones, altitudes vertigineuses des premiers violons. Beaucoup de changements de mesures : 13/8 (une croche en plus) : la musique échappe à la rigidité. Tremblement du son (motifs de quartes inversés mi-la/la-mi).

Le cloître de l’impératrice à Brno

Musique féline, tout en étirement, coup de reins. Deux thèmes. Cor anglais, trombone, cloches (cf. Dvorak = mélancolie d’Europe centrale). Doublure alto/harpe, contraste cuivre/flûtes piccolo. Ecriture en crescendo.

La rue

Un seul thème. Construction rhapsodique au gré d’une humeur flânante. Gamme par tons introduisent les éléments originaux de langage de Janacek. Bonne représentation de la ville de Prague.

Fastes d’une cérémonie à l’hôtel de ville

Admirable perspective sonore. Solo de piccolo dominant l’orchestre. Cluster dans le grave.

Conclusion

Janacek rend hommage à la ville de Brno où il a passé son enfance : vieille ville provinciale, et la nouvelle grande ville de l’après-guerre. Il s’est intéressé à la sémantique, la sémiologie : il applique ses recherches à la musique. Il analyse les inflexions, les mélodies du parlé, des rires, des larmes. Il n’utilise pas directement le folklore. Assimilation totale des rythmes et des modes de la musique chorale tchèque (musique religieuse, musique tziganne), instruments locaux. Il y a chez lui comme chez Schütz, un nouveau Printemps.

Commenter cet article